721 avis: 5/5

  • Accueil
  • /
  • Blog
  • /
  • Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

gmartine,  7 juillet 2023 (date de mise à jour) 

syndrome de l'imposteur

Le syndrome de l’imposteur est un problème assez courant qui touche beaucoup de personnes. Mais vous avez peut-être déjà entendu parler de lui. Le syndrome de l’imposteur (aussi connu sous le nom de « syndrome d’imposteur » ou le « complexe d’imposteur ») est une crainte maladive que vos collègues, vos client ou même votre patron se rendent compte que vous n’êtes pas aussi compétent que vous le croyez, ou qu’ils l’imaginent.

La croyance que vous n’êtes pas à la hauteur est un sentiment que nous connaissons certainement tous un jour ou l’autre. Cette sensation peut s’installer en tout temps, même lorsque vous faites quelque chose de parfaitement simple. Par exemple, vous pouvez avoir l’impression que les autres travaillent mieux que vous, ou qu’ils sont plus compétents. Cependant, il n’y a rien de mal à être conscient de ses limites et à avoir envie d’améliorer ses performances. Vous pouvez faire face à certains défis dans votre travail, mais il s’agit d’une expérience qui peut être parfaitement normale.

Types de syndrome de l’imposteur

Le syndrome de l’imposteur peut être décomposé en cinq types fondamentaux :

  • Le perfectionniste. Ce type de syndrome de l’imposteur consiste à croire que, à moins d’être absolument parfait, vous auriez pu faire mieux. Vous vous sentez comme un imposteur parce que vos traits perfectionnistes vous font croire que vous n’êtes pas aussi bon que les autres le pensent. Il se met perpétuellement en situation d’échec car n’atteint jamais la perfection, et valide ainsi le fait qu’il n’est pas parfait, et qu’il n’est donc pas compétent. Le “perfectionniste” pense que compétence équivaut à perfection. Il ne supporte pas les erreurs qu’il peut commettre, rumine longtemps, et peut facilement se sentir coupable. 
  • L’expert ou “pas encore suffisamment expert”. L’expert a l’impression d’être un imposteur parce qu’il ne sait pas tout ce qu’il y a à savoir sur un sujet ou un thème particulier, ou parce qu’il n’a pas maîtrisé toutes les étapes d’un processus. Comme il leur reste encore beaucoup à apprendre, ils n’ont pas l’impression d’avoir atteint le rang d’expert. Proche du perfectionniste, l’expert peut se retrouver “empêtré” dans la vallée de l’humilité exposée par Dunning et Kruger (qui décrivent l’effet Dunning-Kruger comme la surestimation de ses connaissances et compétences lorsque l’on débute dans le sujet en question. 
  • Le génie naturel. Dans ce type de syndrome de l’imposteur, vous pouvez vous sentir comme un imposteur simplement parce que vous ne croyez pas que vous êtes naturellement intelligent ou compétent. Si vous ne réussissez pas quelque chose du premier coup ou si vous mettez plus de temps à maîtriser une compétence, vous vous sentez comme un imposteur.
  • Le soliste. Il est également possible de se sentir comme un imposteur si vous avez dû demander de l’aide pour atteindre un certain niveau ou statut. Comme vous n’avez pas pu y arriver par vous-même, vous remettez en question vos compétences ou vos capacités. Le soliste ne s’attribue pas le mérite de ses réussites : “c’est grâce à mon collègue que je rends les dossiers en temps et en heure à chaque fois”.
  • Le Superman. Ce type de syndrome de l’imposteur consiste à croire que vous devez être le travailleur le plus acharné ou atteindre les plus hauts niveaux de réussite possibles et que, si vous ne le faites pas, vous êtes un imposteur.
test eligibilite financement

Caractéristiques du syndrome de l’imposteur

Voici quelques caractéristiques communes du syndrome de l’imposteur :

  • une incapacité à évaluer de manière réaliste vos compétences et vos aptitudes
  • Attribuer votre succès à des facteurs externes
  • S’en prendre à vos performances
  • La peur de ne pas être à la hauteur des attentes.
  • Dépassement de soi
  • Saboter votre propre succès
  • Doute de soi
  • Fixer des objectifs très ambitieux et se sentir déçu lorsque l’on n’y parvient pas.

Impact du syndrome de l’imposteur

Pour certaines personnes, le syndrome de l’imposteur peut stimuler la motivation à réussir, mais cela se fait souvent au prix d’une anxiété permanente. Par exemple, vous pouvez trop vous préparer ou trop travailler pour « vous assurer » que personne ne découvre que vous êtes un imposteur. L’anxiété finit par s’aggraver et peut mener à la dépression.

Cela crée un cercle vicieux, où vous pensez que la seule raison pour laquelle vous avez survécu à cette présentation en classe est que vous êtes resté debout toute la nuit à répéter. Ou vous pensez avoir survécu à cette fête ou à cette réunion de famille parce que vous avez mémorisé tous les détails sur tous les invités pour avoir toujours une idée à discuter.

Le problème avec le syndrome de l’imposteur est que le fait de réussir quelque chose ne change pas vos croyances. Vous vous demandez toujours : « Qu’est-ce qui me donne le droit d’être ici ? » Plus vous accomplissez de choses, plus vous avez l’impression d’être un imposteur. C’est comme si vous ne pouviez pas intérioriser vos expériences de réussite.

Cela est logique en termes d’anxiété sociale si vous avez reçu très tôt le sentiment que vous n’étiez pas bon dans les situations sociales ou de performance. Vos croyances fondamentales sur vous-même sont si fortes qu’elles ne changent pas, même face aux preuves du contraire. Le processus de pensée est que si vous réussissez, cela doit être le résultat de la chance.

Exemples du syndrome de l’imposteur

Pour mieux comprendre ce qu’est le syndrome de l’imposteur, il peut être utile de voir à quoi il ressemble dans la vie de tous les jours. Voici quelques exemples de ce que c’est que de vivre le syndrome de l’imposteur :

  • Vous travaillez dans un certain rôle depuis quelques mois, mais lorsque les gens vous appellent par votre titre officiel, vous vous sentez comme un imposteur parce que vous ne maîtrisez pas ce poste.
  • Vous avez créé votre propre entreprise ; cependant, vous n’aimez pas faire votre promotion car vous n’avez pas le même niveau d’expérience ou d’expertise que les autres dans votre domaine, ce qui vous donne l’impression d’être un imposteur.
  • Vous avez été nommé pour un prix, mais vous avez l’impression d’être un imposteur lors de la cérémonie de reconnaissance parce que vous ne pensez pas que vos réalisations sont suffisamment bonnes pour justifier la nomination.

Signes du syndrome de l’imposteur

Bien que le syndrome de l’imposteur ne soit pas un trouble mental reconnu dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), il est assez courant. On estime que 70% des personnes connaîtront ce phénomène au moins une fois à un moment donné de leur vie.

Si vous vous demandez si vous ne souffrez pas du syndrome de l’imposteur, posez-vous les questions suivantes :

  • Vous vous tourmentez pour la moindre erreur ou le moindre défaut dans votre travail ?
  • Attribuez-vous votre réussite à la chance ou à des facteurs extérieurs ?
  • Êtes-vous sensible à la critique, même constructive ?
  • Avez-vous l’impression que l’on va inévitablement découvrir que vous êtes un imposteur ?
  • Est-ce que vous minimisez votre propre expertise, même dans les domaines où vous êtes réellement plus compétent que les autres ?

Causes du syndrome de l’imposteur

Dans les premières études, les chercheurs ont découvert que le syndrome de l’imposteur était associé à des facteurs tels que la dynamique familiale précoce et les stéréotypes de genre.

Toutefois, des recherches ultérieures ont montré que le phénomène se produit chez des personnes de toutes origines, de tous âges et de tous sexes.

L’éducation familiale

La recherche suggère que l’éducation et la dynamique familiale peuvent jouer un rôle important dans le syndrome de l’imposteur. En particulier, les styles parentaux qui se caractérisent par un contrôle ou une protection excessive peuvent contribuer au développement du syndrome de l’imposteur chez les enfants.

Par exemple, vous venez peut-être d’une famille qui valorise fortement la réussite. Ou vous avez peut-être eu des parents qui passaient de l’éloge à la critique.

Des études suggèrent également que les personnes issues de familles ayant connu des niveaux élevés de conflit et un manque de soutien sont plus susceptibles de souffrir du syndrome de l’imposteur.

Nouvelles possibilités de travail ou d’études

Nous savons également que le fait d’assumer un nouveau rôle peut provoquer le syndrome de l’imposteur. Par exemple, lorsque vous allez à l’université, vous pouvez avoir l’impression de ne pas être à votre place et de ne pas pouvoir le faire. Vous pouvez ressentir des sentiments similaires lorsque vous commencez un nouveau poste au travail.

Le syndrome de l’imposteur semble être plus courant lorsque les gens traversent la transition et essaient de nouvelles choses. La pression exercée pour réussir, combinée à un manque d’expérience, peut provoquer des sentiments d’inadéquation dans ces nouveaux rôles et contextes.

Personnalité

Certains traits de personnalité ont également été associés à un risque plus élevé de souffrir du syndrome de l’imposteur. Parmi les traits ou les caractéristiques qui pourraient jouer un rôle, on peut citer :

  • Faible auto-efficacité : L’auto-efficacité fait référence à la croyance en votre capacité à réussir dans une situation donnée.
  • Faible confiance en soi et faible estime de soi : la confiance en soi permet d’avoir une vision réaliste de nos capacités. Croire en nos capacités permet de mieux gérer nos émotions et atteindre nos objectifs. L’estime de soi est, en psychologie, un terme désignant le jugement ou l’évaluation qu’une personne a de sa propre valeur.
  • Le perfectionnisme : Le perfectionnisme joue un rôle important dans le syndrome de l’imposteur. Vous pouvez penser qu’il existe un « script » parfait pour les conversations et que vous ne pouvez pas dire la mauvaise chose. Vous pouvez également avoir du mal à demander de l’aide aux autres et procrastiner en raison de vos propres normes élevées.
  • Le névrosisme (ou neuroticisme) : Le névrosisme est l’une des cinq grandes dimensions de la personnalité qui est liée à des niveaux plus élevés d’anxiété, d’insécurité, de tension et de culpabilité.

Anxiété sociale

Le syndrome de l’imposteur et l’anxiété sociale peuvent se chevaucher. Par exemple, une personne souffrant d’anxiété sociale peut  ne pas se sentir à sa place dans des situations sociales ou de performance.

Vous pouvez être en train de discuter avec quelqu’un et avoir l’impression qu’il va découvrir votre incompétence sociale. Ou bien vous êtes en train de faire une présentation et vous avez l’impression que vous devez la terminer avant que quelqu’un ne se rende compte que vous n’avez rien à faire là.

Bien que les symptômes de l’anxiété sociale puissent alimenter le syndrome de l’imposteur, cela ne signifie pas que toutes les personnes atteintes souffrent d’anxiété sociale ou vice versa. Les personnes sans anxiété sociale peuvent également éprouver un manque de confiance et de compétence. Le syndrome de l’imposteur amène souvent des personnes normalement non anxieuses à ressentir de l’anxiété lorsqu’elles se trouvent dans des situations où elles se sentent inadéquates.

Cependant, se sentir comme un étranger n’est pas nécessairement le résultat du syndrome de l’imposteur. Dans certains cas, il peut s’agir d’une véritable discrimination ou d’une exclusion  due à des préjugés systémiques. Dans le cas du syndrome de l’imposteur, le sentiment d’être un étranger est causé par des croyances intérieures. Dans le cas de la discrimination, ce sentiment est causé par les actions des autres.

Faire face au syndrome de l’imposteur

Pour surmonter le syndrome de l’imposteur, il est utile de commencer à se poser des questions difficiles. En voici quelques-unes à considérer :

  • Quelles sont les croyances fondamentales que j’ai à mon sujet ?
  • Est-ce que je crois que je suis digne d’être aimé tel que je suis ?
  • Dois-je être parfait pour que les autres m’approuvent ?

Pour surmonter ces sentiments, vous devez vous sentir à l’aise face à certaines  croyances profondément ancrées à propos de vous-même. Cet exercice peut être difficile car vous ne réalisez peut-être même pas  que vous avez ces croyances, mais voici quelques techniques que vous pouvez utiliser :

  • Partagez vos sentiments. Parlez à d’autres personnes de ce que vous ressentez. Les croyances irrationnelles ont tendance à s’envenimer lorsqu’elles sont cachées et qu’on n’en parle pas.
  • Concentrez-vous sur les autres. Bien que cela puisse sembler contre-intuitif, essayez d’aider les autres dans la même situation que vous. Si vous voyez quelqu’un qui semble gêné ou seul, posez-lui une question pour l’intégrer au groupe. En pratiquant vos compétences, vous prendrez confiance en vos propres capacités.
  • Évaluez vos capacités. Si vous avez longtemps cru que vous étiez incompétent dans des situations sociales ou de performance, faites une évaluation réaliste de vos capacités. Notez vos réalisations et ce que vous savez faire, puis comparez-les à votre auto-évaluation.
  • Faites des petits pas. Ne cherchez pas à faire les choses parfaitement, mais plutôt à les faire raisonnablement bien et à vous récompenser pour avoir agi. Par exemple, dans une conversation de groupe, offrez une opinion ou partagez une histoire vous concernant.
  • Remettez vos pensées en question. Lorsque vous commencez à évaluer vos capacités et à faire des petits pas, demandez-vous si vos pensées sont rationnelles. Est-il logique de croire que vous êtes un imposteur compte tenu de tout ce que vous savez ?
  • Arrêtez de vous comparer. Chaque fois que vous vous comparez aux autres dans une situation sociale, vous vous trouvez un défaut qui alimente le sentiment de ne pas être assez bien ou de ne pas être à votre place. Au lieu de cela, pendant les conversations, concentrez-vous sur l’écoute de ce que dit l’autre personne. Soyez sincèrement intéressé à en savoir plus.
  • Utilisez les médias sociaux avec modération. Nous savons que l’utilisation excessive des médias sociaux peut être liée à des sentiments d’infériorité. Si vous essayez de donner sur les médias sociaux une image qui ne correspond pas à ce que vous êtes vraiment ou qui est impossible à atteindre, cela ne fera qu’aggraver votre sentiment d’être un imposteur.
  • Arrêtez de lutter contre vos sentiments. Ne luttez pas contre les sentiments de non-appartenance. Essayez plutôt de vous pencher sur eux et de les accepter. C’est seulement lorsque vous reconnaissez ces sentiments que vous pouvez commencer à démêler les croyances fondamentales qui vous retiennent.
  • Refusez que cela vous retienne. Peu importe que vous ayez l’impression d’être un imposteur ou de ne pas être à votre place, ne laissez pas cela vous empêcher de poursuivre vos objectifs. Continuez et refusez d’être arrêté.

Le mot de fin

Souvenez-vous que si vous vous sentez comme un imposteur, cela signifie que vous avez un certain degré de réussite dans votre vie que vous attribuez à la chance. Au lieu de cela, essayez de transformer ce sentiment en un sentiment de gratitude. Regardez ce que vous avez accompli dans votre vie et soyez reconnaissant pour vos réalisations.

Ne soyez pas entravé par votre peur d’être découvert. Au contraire, penchez-vous sur ce sentiment et allez à la source. Baissez votre garde et permettez aux autres de voir le vrai vous. Si vous avez fait tout cela et que vous vous sentez toujours comme un imposteur, ce qui vous empêche d’avancer, un professionnel de la santé mentale peut vous aider à apprendre comment surmonter ces sentiments.

Pour aller plus loin

Vous souhaitez aller plus loin et vous former en hypnose, PNL, thérapie d’impact ? Contactez-nous sur notre standard téléphonique au 09.86.87.90.37 et un de nos conseillers répondra à vos questions.

Vous aimerez aussi